A propos Julia Magnin

Actuelle nomade sédentarisée à Paris, Julia parle d’art et d’Histoire de l’art comme on parle de cuisine. Elle considère toute émotion comme une saveur qui se crée, se combine et se partage. Cette gourmande invétérée prend conscience de son désir d’en connaître plus sur l’histoire de l’art lors d’une première formation de taille de pierre. Passionnée par l’appropriation que certains photographes ont de cet appareil qui leur permet multiples poèmes imagés, elle se spécialise dans l’histoire de la place de la photographie dans les collections muséales publiques en France. Son regard est volontairement élargi, nourri de références littéraires, théâtrales, cinématographiques, et chorégraphiques, de périodes et de styles variés, comme autant de filtres lui permettant de sans cesse questionner les œuvres et leur propos.

Méandre

M est une étude sur le méandre que nous pourrions lire comme un conte pour adulte, une histoire qui nous promène sans but ni fin au fil d’aventures historiques, ethnographiques ou quotidiennes. Wolf Von Kries pousse des portes, nous entraine dans un tableau, puis un autre, jusqu’à ce que la suite logique de chaque aventure, vécue par l’intermédiaire du texte, prenne la forme d’un long voyage où nous contournons notre destination avant de l’atteindre peut-être. Nous nous étonnons de trouver dans toutes cultures, dans toutes géographies, le motif de ces lignes droites ou courbes, labyrinthiques et symétriques ; l’auteur – l’artiste – prend soin de préserver cet étonnement sans y répondre et nous avons ainsi, comme le dirait Picabia, l’impression d’échapper pour quelques minutes à la folie des hommes qui comprennent et expliquent [1]. Lire la suite