Le museum d'histoire naturelle de Marseille

Une après midi pluvieuse, même si cela arrive rarement dans cette région, peut être l’occasion idéale d’emmener les plus petits (ou des personnes ayant gardé leurs âmes d’enfants) au museum d’histoire naturelle de Marseille, situé dans le 4ème arrondissement.

Niché dans l’aile droite du magnifique palais de Longchamps, il a été créé en 1819 par le marquis de Montgrand, maire de la ville et le Comte Villeneuve-Bargemon. Il réunissait alors les collections du Cabinet de curiosité du XVIIIème de la ville et des dons de l’État. Lieu véritablement dédié à la conservation des espèces, il a été, dés l’origine, une des ressources de la faculté des sciences de Provence (fondée en 1856). Le palais de Longchamps est un lieu construit par Henry Espérandieu  pour célébrer l’arriver des eaux de la Durance dans la ville de Marseille. C’est un endroit enchanteur qui a été consacré non seulement à l’eau mais aussi à l’art et aux sciences. Le palais est entré aux monuments historiques en septembre 1999, il accueil également le musée des Beaux-Arts. À l’arrière du palais, un magnifique jardin ombragé invite à la détente.

Le musée est organisé en quatre salles, qui réunissent en tout 83000 animaux, 200 000 spécimens végétaux, 81 000 éléments de paléontologie et 8000 échantillons de minéraux, la plupart étant présenté au public :

–       La salle Safari, regroupant les animaux naturalisés (la plus amusante à notre sens).

–       La salle Provence est dédiée à la faune et à la flore de la régions. Les fresques peintes qui recouvrent les murs sont signée Raphaël Ponson et sont classées au monuments historiques.

–       La salle d’ostéologie, dans laquelle ont peut voir des squelettes très anciens.

–       Et la salle préhistoire qui concerne l’évolution.

L’intérieur de ce musée est tout aussi enchanteur que l’extérieur, dans l’une des salles, des vitrines de bois brun vernis protègent les espèces les plus rares. Ce décors plonge le visiteur dans l’ambiance des cabinets de curiosité grâce notamment au fourmillement des espèces. Cependant, on ne retrouve pas l’aspect sombre et inquiétant que peuvent avoir certains muséums. Les animaux empaillés m’ayant le plus touché lors de cette visite sont ceux des espèces disparues. Les explications concernant leurs disparitions sont claires et mettent bien en évidence l’influence de l’Homme et de la civilisation sur les bouleversements que la nature et les espèces animales ont subit.  Les informations qui sont données sur les panneaux et les cartèles sont précises, sans être barbantes.

La seconde salle, appelée Safari, qui nous a le plus intéressée, plus grande que la première réunie les animaux par continents ce qui n’est pas dénué de pédagogie. Les enfants présents le jour de ma visite couraient d’îlots en îlots, les yeux grands ouverts. Quelques activités sont pensées spécialement pour eux. De petites boites contiennent la peau d’animaux qu’ils peuvent toucher, ce qui les amuse beaucoup.

Pour compléter cette collection permanente de nombreuses expositions temporaires sont organisées tout au long de l’année ainsi que des animations (conférences…) et des événements comme la fête de la science.

Alors oui, nous nous sommes éloigné « un peu » de l’art « classique ». Mais je n’ai pas été contre le projet de ce site. En effet, les animaux figées dans leurs postures les plus bestiales ou au contraire les plus mignonnes (j’ai eu un gros coup de cœur pour les singes, tous les singes) sont à mon sens de véritables œuvres d’art. Qui plus est, les museums d’histoire naturelle sont les descendants des cabinets de curiosités, que l’ont considère eux-mêmes comme les ancêtres de nos musées contemporains. Et il ne faut pas oublier que le développement de la taxidermie s’est faite au XVIème siècle (les textes de Pierre Belon par exemple décrivent bien les différentes techniques) et qu’elle a permis de conserver les espèces les plus rares rapportées de lointains voyages. Les animaux étaient ensuite exposés dans les cabinets de curiosités aux côtés des œuvres d’arts et des antiquités les plus rares. Les museums d’histoire naturelle et la taxidermie font donc partie intégrante de l’histoire des lieux de conservation et de l’histoire des arts.

Cet article est le premier d’une série, elle permettra à terme de présenter trois autres muséums d’histoire naturelle, celui de Paris, celui de Grenoble, et celui de Londres. Avec un peu de chance, d’autres musées de ce type viendront se rajouter à cette liste, au gré des voyages que j’aurai l’occasion de faire…

http://www.museum-marseille.org/

Horaires d’ouvertures :

Ouvert tous les jours de 10h à 18h sauf les lundis et les jours fériés

Tarifs :

Gratuit le dimanche matin pour tous. Expositions permanentes et temporaires 5€/3€

Publicités
Ce contenu a été publié dans Marseille par Aurore Drouhin, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Aurore Drouhin

Doctorante en histoire de l'art médiévale, Aurore aime autant admirer les sculptures romanes et gothiques que les nerdy nummies. Pocahontas des temps modernes, elle apprécie de découvrir, au détour de la rivière, de nouvelles expériences artistiques et sensorielles. Spécialisée dans l'étude des images de dévotion sculptées, elle s'intéresse autant à la chrétienté du monde occidental qu'au Dieu de Battlestar Galactica. Elle aime parcourir le vaste monde du spectacle vivant à la recherche de projets innovants, ses bottines pailletées vissées aux pieds. Pour cette passionnée de phénomènes inexplicables, parler d'art ne se limite pas seulement à analyser froidement des formes et des couleurs, il s'agit de raconter une expérience sensible...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s